Share

Comment permettre à la Guinée de bénéficier du fonds Vert Climat ?

Par Hadja Nakoura Agou

La question était au cœur d’une rencontre ce mercredi 13 Septembre à Conakry autour du thème « Le Fonds vert pour le climat et l’accès à ses ressources ». L’objectif pour le Ministère de l’Environnement, des Eaux et Forêts, le Fonds Vert Climat et le PNUD c’est de préparer les acteurs intéressés par le Fonds de comprendre les mécanismes d’accès au Fonds.

Il est tout d’abord revenu au point focal  du fonds vert climat Mohamed Lamine DOUMBOUYA, de présenter le fonds crée en 2010 grâce aux accords de Cancun au Mexique. Il dira en substance que c’est « un mécanisme financier des Nations Unies rattaché à la Convention Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques. Le Fonds est chargé de jouer un rôle central dans la mobilisation et l’allocation des ressources financières nécessaires pour limiter ou réduire les émissions de gaz à effet de serre et pour l’adaptation des populations vulnérables aux Changements Climatiques dans les pays en développement ».

Adopté à la COP 17 Durban 2011,  les objectifs  de ce Fonds qu’aucun pays n’a encore pu décaisser faut –il le préciser, sont selon M.DOUMBOUYA, de promouvoir un changement de paradigme en vue d’une transition vers des mécanismes appropriés  pour lutter contre les effets du changement climatique à travers l’adaptation et l’atténuation.

Qui peut se porter candidat au Fonds Vert pour le Climat ?   En principe l’ensemble des parties prenantes intervenant dans le domaine du climat, qu’il s’agisse des institutions, des associations, ou des individus, nous a laissé entendre l’intervenant dans sa présentation.

S’agissant des critères de financement,  tout projet soumis au fonds dira-t-il,  doit  faire un impact et vise à résoudre un problème, à changer une situation. Il doit également s’inscrire dans une perspective de développement durable tout en  répondant aux besoins des bénéficiaires entre autres. A préciser que les projets sont financés à hauteur de 10 millions pour les plus petits et 250 millions de dollars pour les grands projets.

Dans son allocution de circonstance le Représentant du Directeur Pays PNUD à la cérémonie, Mamadou Ciré CAMARA, a rappelé les conséquences des changements climatiques sur le quotidien des populations, comme les inondations, les sècheresses, la rareté de pluie ou encore la forte chaleur.

Il renouvellera par la suite la volonté du PNUD à poursuivre l’appui à l’Etat et au gouvernement Guinéen dans la lutte et les efforts à conjuguer pour faire face au plus grand défi du 21ème siècle, pour reprendre ses propos qu’est le changement climatique. Ciré CAMARA a enfin souhaité la collaboration entre les pays engagés dans cette lutte, puisque selon lui aucun pays ne saura relever à lui seul les défis du changement climatique.

Dans son discours d’ouverture, Madame le Ministre de l’Environnement, des Eaux et Forêts  dira que le besoin en financement du pays s’élève à un montant de 1, 6 milliards d’ici à 2030. Assiatou BALDE fera remarquer que l’intervention des fonds additionnels est à solliciter, car, selon la cheffe du département de l’Environnement, des Eaux et Forêts, la Guinée ne pourra pas à elle seule réunir toute la bagatelle.

Le défi environnemental est pressant et urgent, que le PNUD et le Fonds Vert Climat en soient remerciés a ajouté  la Ministre Assiatou BALDE. C’est pourquoi conclura –t-elle en disant, que l’ensemble des parties prenantes doivent unir leur efforts pour gagner ensemble le pari contre les changements climatiques dont les effets ne sont plus à démontrer.

Laisser un commentaire