Share

Mines : Fin de la table ronde sur le plan de gestion environnementale et sociale

Après 3 jours de travaux, entre sociétés minières, société civile et autorités locales de Boké, l’atelier a abouti à plusieurs recommandations.

Parmi lesquelles, le respect des droits et devoirs des communautés, le suivi des procédures de passation des marchés, l’application du code miner notamment le contenu local, le suivi et l’application des Plans de Gestion Environnementale et Sociale par les différentes sociétés minières, l’information, la formation et la sensibilisation des communautés sur le maintien de la paix et la protection des biens publics.

 

Financée par l’agence allemande de coopération internationale la giz, cette rencontre entre sociétés minières, société civile et autorités locales impliquées dans la gestion minière a Boké, a fait l’objet de débat sur les crises et manifestions violentes qui ont secouées cette région du 24 au  28 Avril 2017. Deux personnes y ont perdu la vie l’on se rappelle.

L’atelier regroupait une centaine de  participants venus de différentes localités. A la fin des travaux, l’envoyé spécial de votre radio web à tendu son micro à des participants et facilitateurs pour savoir ce qu’ils pensaient de la rencontre.

Pour Ahmadou Bah Directeur exécutif de l’ONG Action Mines Guinée : « il faut voir la pertinence des revendications, et voir dans quelle mesure ces revendications peuvent être prises en compte par l’ensemble des parties prenantes notamment en ce qi concerne l’environnement. Par ce qu’aujourd’hui, les revendications qui sont les plus importantes, ce sont des revendications qu’on peut classer dans le domaine de l’environnement. C’est-à-dire, la pollution de l’air, la dégradation des sols, la poussière, les nuisances sonores. C’est tout un tas de problèmes aujourd’hui qui sont sur  la table. Mais il y’a une législation dans le pays qui règlemente tout cela, le code minier. C’est de dire aux compagnies minières de se conformer à cette législation éditée par notre pays et surtout aux communautés de savoir comment revendiquer et surtout ne pas verser dans la violence. Cette violence n’arrange pas les compagnies minières qui sont venues injectées l’argent chez nous pour y travailler pour que chacun de nous tir profit. C’est un partenariat gagnant-gagnant tout cela. Pour parler des revendications, on peut les classer à trois niveaux : environnemental, social et économique, des revendications en général qu’on peut classer dans le cadre de la gouvernance locale donc, on a échangé autours de ces revendications locales pour voir l’état de mise en œuvre de ces revendications… » Nous a expliqué ce Facilitateur de la rencontre.

Quant à Moussa Thiam, Responsable communautaire et environnementale de la société  Alliance Minière et Responsable (AMR) : « Moi je pense d’abord que ces genres d’initiatives sont à saluer et je remercie les organisateurs de ce séminaire. Par ce que ça aide les autorités locales à faire face à certains problèmes. Nous en tant qu’entreprise minière, il est de notre devoir d’assister à ce genre de rencontre, échanger avec la société civile puisque ça nous aides aussi. Du point de vue environnemental, je pense que le consortium fait beaucoup d’effort. Actuellement nous appartenons à un réseau qu’on appelle Réseau Environnement Bauxite. Y’a des cabinets que nous avons recruté pour faire des études pendant la phase de recherche, d’installation et d’exploitation. Dans ce cadre, c’est prévu de faire les reboisements. Pendant ces trois jours,  on a débattu beaucoup de sujet et surtout sur les 12 points de la plateforme de revendications. » Souligne-t-il.

Pour conclure, cette rencontre sur l’analyse des différents problèmes liés à la crise de Boké, des messages de paix et de civisme ont été véhiculé tout au long d’ailleurs de la rencontre participants par les facilitateurs dont Sékou Diakité Coordonnateur du Réseau national de la Société Civile pour l’Environnement et le Développement Durable RENASCEDD.

Junior DORE Envoyé Spécial de Radio Environnement Guinée à Boké

Laisser un commentaire