Share

Foncier en Guinée : Une plate-forme multi acteurs voit le jour

La question du foncier, de tous les temps a été au centre des préoccupations dans les pays en développement.

Accaparement des terres, difficile accès des femmes à la terre ou exclusion de l’héritage familial, l’agression du littoral sont autant de défis et d’enjeux sur lesquels se penchera cette plate-forme visiblement très ambitieuse et déterminée à poser les problèmes en vue d’en trouver des solutions.

Il s’agit de prendre en compte toutes les voies qui peuvent parler du foncier afin de trouver un espace de dialogue pour débattre de cette question majeure en Guinée, comme c’est le cas ailleurs.

La plate-forme est co-présidée par le Ministère de l’Agriculture et celui de l’Aménagement de la ville, des départements clés du foncier.

L’initiative est de ACORD GUINEE avec l’appui technique et financier de la FAO, le Fonds des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture. Les participants viennent des départements techniques impliqués dans la gestion du foncier comme l’Agriculture, l’e

L’Environnement et l’Aménagement de la Ville, l’Administration du Territoire, l’Environnement mais aussi de la société civile, du secteur privé, des universités et des médias.

Il est tout d’abord revenu au Directeur Pays ACORD GUINEE Association Coopération de Recherches pour le Développement de rappeler les objectifs de la rencontre.

Macky BAH a dans son intervention souligné que c’est un processus qui a débuté il y’a quelques mois à travers des ateliers de formation sur les « directives volontaires ».

Des ateliers qui ont regroupé des départements techniques et des acteurs de la société civile. Il poursuivra en disant que la mise en place de cette plate-forme se situe dans le cadre de la fédération des efforts en vue de trouver des solutions aux problèmes du foncier en Guinée. Parmi eux, l’accaparement des terres et la destruction de l’environnement notamment dans les zones minières. En clair dira M.BAH, il s’agit de prendre en compte toutes les voies qui peuvent parler des questions foncières afin de trouver des solutions à ces problèmes dont les conséquences ne sont plus à démontrer.

Quant aux représentants de la FAO et de l’OMVS ils ont tenu à rassurer les initiateurs de leur soutien pour la réussite des actions qui seront définies par cette nouvelle plate-forme qui se veut inclusive et dynamique.

Présidant la cérémonie, le Secrétaire Général du Ministère de l’Agriculture N’Famara CONTE a rappelé que son département dans le cadre d’une gestion foncière responsable, pour reprendre ses termes a élaboré une feuille de route, qui intègre plusieurs aspects notamment  le foncier rural. Le milieu rural où les problèmes fonciers sont de plus en plus récurrents et violents se soldant parfois  même à des morts d’hommes. Il s’agit aussi des conflits entre agriculteurs et éleveurs, et des affrontements enregistrés ces derniers temps dans les zones minières.

Il a conclu son propos en disant que son département soutiendra les initiatives de cette  organisation, avant d’insister sur la nécessité pour ces acteurs de mettre les efforts ensemble, car selon lui, la question du foncier est transversale et donc, ne doit pas être prise de manière isolée.

Après la mise en place de cette plate-forme, des participants interrogés souhaitent qu’elle ne soit pas une organisation de trop, et qu’elle s’attaque aux vrais problèmes du foncier, car en la matière il y’a du boulot dans ce pays a lancé une participante visiblement préoccupée.

 

Idiatou CAMARA

 

 

Laisser un commentaire