Share

Culture : c’est parti pour la 10ième édition des 72 Heures du livre à Conakry !

Après la clôture de l’évènement Conakry capitale mondiale du livre, la maison d’édition l’Harmattan Guinée sous l’égide de son Directeur Sansy KABA DIAKITE, en collaboration avec l’UNESCO, l’OIF et le Ministère Guinéen de la culture, des arts et du patrimoine historique, a lancé hier la dixième édition des 72 Heures du livre.

Plusieurs discours ont ponctué la cérémonie sur l’esplanade du palais du peuple, en présence des invités et partenaires conviés.

Il est tout d’abord revenu à M.CHERIF au nom de l’association des écrivains de Guinée,  de s’adresser à l’auditoire. Il a tout d’abord remercié les invités venus de plusieurs pays dont le Burkina FASO, la Côte d’Ivoire, du Sénégal, de la France et d’ailleurs pour marquer cet évènement, avant d’ajouter, que cet évènement s’il en est besoin de rappeler, véhicule à travers l’image positive du pays à travers le monde.

Il a par ailleurs salué le « dynamisme et l’optimisme » de l’initiateur Sansy KABA DIAKITE, avant de souhaiter que d’autres Guinéens empruntent le chemin de l’écriture, pour dit-il, combler un vide, et de préciser que près de 200 écrivains sont aujourd’hui répertoriés par l’association.

Le Président intérimaire des écrivains de Guinée, CHERIF a également souhaité qu’un siège soit construit pour abriter la « maison des écrivains de Guinée », et la mise à disposition d’un fonds d’appui à l’écriture, afin que le coût soit accessible à une large majorité de citoyens.

Poursuivant, c’est la Ministre Guinéenne, de l’Agriculture Mariama CAMARA qui s’est réjoui du choix des organisateurs pour avoir placé cette dixième édition sous le signe de l’agriculture. Ainsi avec le thème, « l’agriculture avenir de la Guinée », la Guinée réitère à travers ces 72 heures du livre, selon elle, sa priorité et ses engagements pour ce secteur, qui faut-il le rappeler occupe plus de 60% de la population Guinéenne.

Dans cette lancée, Mariama CAMARA, dira que « …l’agriculture fait du livre la formation, la sensibilisation un outil pour les producteurs, agriculteurs, et agricultrices, pour la valorisation des cultures de rentes dont le manioc, le fonio, le riz, qui sont des priorités pour son Gouvernement… » a-t-elle dit.

Elle rendra ensuite hommage aux écrivains Guinéens décédés qui ont contribué au rayonnement de la culture Guinéenne à travers le livre. Il s’agit, de CAMARA Laye, ‘’l’enfant noir’’, Aliou N’fantouré, Willimas SASSINE, Ahmed Tidiane CISSE ancien Ministre de la Culture, mais aussi ceux qui continuent encore cette œuvre à savoir le Professeur Djibril Tamsir NIANE, le Président Alpha CONDE, Thierno Monenembo, Ahmed Tdiane SOUARE ancien Premier Ministre, Professeur Lancinè KABA et tant d’autres.

Quant au Ministre de la Culture et des arts du Burkina FASO, Abdoul SAMOU, il a accentué son intervention sur l’excellence des relations de coopération entre Conakry et Ouagadougou qui ne datent pas d’aujourd’hui selon lui. Poursuivant, il fera remarquer que le livre « instruit, éduque, forme et transforme l’homme, il réunit les consciences pour le développement de toute nation, et est un véritable outil de développement… ». M.SAMOU a aussi soutenu la proposition du Président Alpha CONDE, de voir éditer les livres dans les langues nationales en vue de son appropriation par les populations africaines.

Il a terminé son propos, par l’annonce de la candidature de Ouagadougou dans les prochaines années pour abriter « l’évènement capitale mondiale du livre », candidature pour laquelle, il a sollicité l’expertise de la Guinée pour son aboutissement.

Prenant la parole, Sansy KABA DIAKITE rappelant les acquis de l’évènement Conakry capitale mondiale du livre à l’image de ses prédécesseurs, a souhaité que Conakry devienne capitale africaine du livre. Un message qui a trouvé un écho favorable auprès du Premier Ministre Mamady YOULA, qui entend mettre en œuvre afin que cet autre rêve devienne une réalité. Le Chef du Gouvernement Guinéen a enfin fait remarquer que le choix de cette dixième édition, s’inscrit dans les priorités du Gouvernement, à travers le développement du monde rural qui ne saurait se faire sans l’agriculture.

Idiatou CAMARA

 

Laisser un commentaire