Share

8 mars 2017 les femmes étaient à l’honneur à l’occasion de la Journée internationale qui leur est dédiée

Les femmes du monde étaient à l’honneur le 08 mars dernier à l’occasion de la journée internationale qui leur est dédié officiellement par les Nations Unies depuis maintenant 40 ans. Une journée de consécration certes mais  qui devrait  aussi être celle des défis et de la remise en question.

 

 

Pour la petite histoire, l’on se souviendra que cette journée est partie de la lutte ouvrière et des nombreuses manifestations de femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l’égalité entre les hommes et les femmes, qui ont agité l’Europe et le monde occidental au début du XXe siècle.

Pour parler du 8 mars il faut retenir quelques dates clés. En 1910, s’est tenu la conférence internationale des femmes socialistes qui a déclenchée l’idée d’une « Journée Internationale des Femmes ».  Un an après, en 1911, un million de femmes manifestent en Europe pour revendiquer leurs droits. Toujours en Europe les femmes réclament le droit de vote en Allemagne, c’était le 8 mars 1914. Dans la même optique, la création d’une « Journée internationale des femmes » est proposée pour la première fois en 1910, lors de la conférence internationale des femmes socialistes, et s’inscrit alors dans une perspective révolutionnaire.

Et ce n’est qu’à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg, que la tradition du 8 mars se met en place. Après 1945, la Journée internationale des femmes devient une tradition dans le monde entier. Ainsi  le regain féministe des années 70 a permis d’aboutir à la « Journée internationale des femmes » reconnue officiellement par les Nations Unies en 1977.

En Guinée si autrefois la Guinéenne était vouée aux travaux champêtres, réduite aux taches ménagères, sans droit ni mot, aujourd’hui la Guinéenne est présente dans tous les secteurs de développement socio-économique du pays.

Elles sont ministres, Gouverneurs,  préfets, chef de cabinet, directrice d’hôpital, haut gradées de l’armée, leaders de parti politiques, Gouverneurs, préfets et ce n’est pas tout. Autrefois des métiers considérés comme ‘’ réservés aux hommes’’ ne sont plus d’actualité. On voit de plus en plus de femmes conductrices d’engins lourds, mécaniciennes, plombiers ou encore agents de sécurité dans les entreprises. Celles qui évoluent dans l’informel, sont aussi braves que jamais, elles se lèvent à 4 heures du matin à la recherche du quotidien, et ce sont elles qui font vivres de nombreux ménages notamment à Conakry la capitale Guinéenne.

Dans les médias, elles sont présentatrices, reporters, camerawoman, technicienne d’antenne, monteuse, archiviste. Cependant, s’insurge Aminata une habitante de Kipé un quartier de la haute banlieue de Conakry « il y a des femmes qui ne font pas honneur à la gente féminine. Je parle de celles qui se promènent de bureau en bureau avec leurs sacs, qui ne créent pas qui n’initient rien, ou qui se prostituent ».

Pour terminer, l’on retiendra que la Journée des femmes reste aujourd’hui d’une brûlante actualité car tant que l’égalité entre les hommes et les femmes ne sera pas atteinte, nous aurons besoin de la célébrer.

Tant que l’égalité n’est pas atteinte, le 8 mars continue d’être célébré ! Et André Léo cet auteur, d’ajouter ceci « Aux hommes tous leurs droits
et rien de plus, aux femmes tous leurs droits
et rien de moins ».

 

Idiatou CAMARA

 

Laisser un commentaire